19 avril 2013

A quoi sert l’échelle INES

1037 visite(s)

Suite à l’accident de la centrale civile de Tchernobyl (Ukraine, 26 avril 1986) et afin d’aider les non spécialistes à percevoir la gravité d’un incident ou d’un accident dans le domaine nucléaire, une échelle de gravité a été créée, semblable à celle de Richter qui informe sur la puissance des tremblements de terre.

JPEG - 25.5 ko

Utilisée au niveau mondial, depuis 1991, l ’échelle INES (International Nuclear Event Scale ou L’échelle internationale des événements nucléaires) comporte 8 niveaux, de 0 à 7. Les niveaux 1 à 3 correspondent à des « incidents », les niveaux 4 à 7 à des « accidents ».

A ce jour, le seul événement classé au niveau 7 a été l’accident de la centrale de Tchernobyl en 1986.

Exemples de gravité par niveau :

- niveau 6 : 1957 ( Explosion à l’usine de retraitement de Kyshtym en URSS)

- niveau 5 : 1979 ( Fusion partielle du coeur du réacteur 2 à Three Mile Island aux États-Unis )

  1. niveau 4 : 1999 ( Accident de criticité de Tokaimura au Japon )
  2. niveau 3 : 2005, Fuite nucléaire à Sellafield (Windscale )
  3. niveau 2 : ( Quelques cas par an en France)
  4. niveau 1 : ( Une centaine de cas par an en France )
  5. niveau 0 : ( De l’ordre d’un millier de cas par an en France )

Les critères de classement

L’échelle INES s’applique à tout évènement se produisant dans les installations nucléaires de base (INB) civiles et militaires, ainsi que lors du transport des matières nucléaires.

L’application de l’échelle INES aux INB se fonde sur trois critères de classement :

  • les conséquences de évènement à l’extérieur du site, c’est-à-dire les rejets radioactifs qui peuvent toucher le public et l’environnement ;
  • les conséquences de l’évènement à l’intérieur du site, qui peuvent toucher les travailleurs et l’installation elle-même ;
  • la dégradation des lignes de défense en profondeur de l’installation, c’est-à-dire des moyens successifs de protection (systèmes de sûreté, procédures, contrôles techniques...) mis en place au sein de l’installation afin de limiter les effets d’un incident ou accident et de garantir le confinement de la radioactivité.
[top]