La Centrale de Belleville

Cli Belleville sur Loire

Le site s’étend sur 170 hectares et est implanté sur le territoire des communes de Belleville-sur-Loire et de Sury-près-Léré.

Le CNPE de Belleville-sur-Loire, comporte deux unités de la filière Réacteur à Eau Pressurisé (REP)1 de 1300 mégawatts (MW) chacune, dont les travaux de construction ont eu lieu entre 1979 et 1988.

Voir le schéma de fonctionnement de la centrale nucléaire.

La centrale emploie 688 salariés EDF, ainsi que 200 salariés permanents d’entreprises prestataires. A cela, il convient d’ajouter les salariés d’entreprises prestataires lors des arrêts pour maintenance : de 600 à 2000 selon le type d’arrêt.

La centrale contribue à la fiscalité locale à hauteur d’environ 48 millions d’euros, dont plus de 6 millions d’euros pour la seule taxe foncière.

Les travaux de construction de la centrale de Belleville ont eu lieu entre 1979 et 1988.

L’unité de production n°1 a été mise en service en 1987.

L’unité de production n°2 a été mise en service en 1988.

L’unité de production n°1 a reçu une visite décennale en 2009.

L’unité de production n°2 a reçu une visite décennale en 2010

La Centrale Nucléaire de Belleville sur Loire

La centrale nucléaire de Belleville-sur-Loire, mise en service en 1987, comprend 2 réacteurs à eau sous pression
de 1 300 mégawatts. Plus de 650 agents y travaillent.

La centrale accueille une nouvelle académie des métiers du nucléaire.

Pour adapter et renouveler les compétences de leurs équipes, la centrale de Belleville a lancé lundi 18 février 2013 une nouvelle « académie des métiers du nucléaire ».
Cette nouvelle promotion est composée de 19 nouveaux arrivants.
L’académie des métiers a un double objectif : former, et transmettre les savoirs.
Ce cycle d’apprentissage, alternant théorie en classe et pratique sur le terrain, repose sur un transfert de connaissances et de compétences d’expertise, entre salariés expérimentés et (...)

A quoi sert l’échelle INES

Suite à l’accident de la centrale civile de Tchernobyl (Ukraine, 26 avril 1986) et afin d’aider les non spécialistes à percevoir la gravité d’un incident ou d’un accident dans le domaine nucléaire, une échelle de gravité a été créée, semblable à celle de Richter qui informe sur la puissance des tremblements de terre.
Utilisée au niveau mondial, depuis 1991, l ’échelle INES (International Nuclear Event Scale ou L’échelle internationale des événements nucléaires) comporte 8 niveaux, de 0 à 7. Les niveaux 1 à 3 (...)